Par Maxime 13/07/2021

Le retour de Pierre Ménès, peut-on faire plus ouin ouin ?

0

Le 22 juin dernier, le documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste jetait un pavé dans la mare. Si tout le monde était bien conscient que du sexisme régnait dans le domaine du journalisme sportif, étant donné qu’il est présent dans chaque strate de notre société, il a permis d’en mesurer l’ampleur. Une séquence avait beaucoup choqué le public, celle de Pierre Ménès qui, confronté à ses propres agissements, n’en voyait pas le problème. Après plusieurs semaines de polémiques, le journaliste sportif a finalement été mis sur la touche avant de demander à quitter la chaîne. Hier matin, Le Figaro l’a interviewé et on découvre que Pierre Ménès campe sur ses positions. Refusant d’admettre que ses paroles et ses actes aient pu être sexistes, il persiste à croire qu’il s’agit d’une moralisation de la société et se rabat sur la sempiternelle excuse : “on ne peut plus rien dire/faire aujourd’hui”.

 

L’interview

Oublié des esprits pendant des mois, Pierre Ménès fait un retour fracassant. On peut ainsi retenir qu’à l’avenir il sera “moins chaleureux et plus froid” et qu’il trouve que “10 ans pour chialer sur un baiser c’est long quoi”. Aucune remise en question ne viendra de lui, ce n’est pas sa faute. Il est juste tombé au mauvais moment et il y a eu une forme d’acharnement incompréhensible sur sa personne. Bon.
 
1.

 

C’est lui la victime

Le problème n’est pas que Pierre Ménès ait soulevé la jupe de Marie Portolano (la réalisatrice du documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste) ni qu’il lui ait attrapé les fesses, le problème ce n’est pas non plus qu’il ait embrassé de force les journalistes Isabelle Moreau et Francesca Antoniotti. Non le problème, c’est que tout ceci porte un énorme coup à sa carrière, je pense que vous ne mesurez pas l’ampleur.
 
2.


3.

4.

 

La faute à sa maladie

Pierre Ménès reconnaît à demi-mots des comportements inconséquents mais encore une fois ce n’est pas sa faute. Malade, ayant un foie qui ne fonctionnait plus, il faisait des encéphalopathies, c’est-à-dire que de l’ammoniaque lui arrivait au cerveau. Une excuse qui ne convainc pas grand monde.
 
5.


6.

En vrac

7.


8.

9.

10.

11.

12.

13.

14.

15.

 

Commentaires 0

Rédigez votre commentaire

Looks good!
Looks good!
Looks good!
fermer