Par Maxime 27/10/2021

Rabbi Jacob aurait-il pu sortir aujourd’hui ?

0

 

“Ah shit here we go again” ! comme le dit si bien le mème. La polémique du jour se concentre une nouvelle fois sur un phénomène déjà vu. Celui que la droite et l’extrême droite tentent de mettre en avant depuis plusieurs semaines. Vous l’avez deviné, peut-être soufflez-vous en roulant des yeux au ciel, il s’agit bien du wokisme. Mais si, vous savez, ce concept obscur venu des États-Unis qui fait croire que les gens de gauche veulent supprimer ou “cancel” pour être plus exact toute l’histoire de France qui ne leur convient pas. Récemment ce furent les pauvres meubles Louis XV qui étaient visés. Les “wokes” leur préférant d’hideux meubles IKEA. Eh bien cette fois, c’est un nouveau monument de la culture française qui est en péril à cause d’eux : le film Rabbi Jacob !

 
 

Oulà la censure

“On ne peut plus rien dire de nos jours c’est pas comme avant” ou “Comme dans 1984 le livre là que je n’ai pas lu mais dont je n’en pense pas moins”. Régulièrement, Rabbi Jacob est instrumentalisé pour faire croire que celui-ci serait censuré s’il était fait aujourd’hui. D’une part c’est totalement faux car le film se moque des racistes et non des juifs, ce qui est exactement ce que demandent les “wokes”. Ensuite, il s’agit d’un des films les plus souvent retransmis à la télévision. S’il était si problématique, pourquoi continuerait-on à le diffuser dans ce cas ?
 
1.


2.

3.

 

Le danger du wokisme toujours lui

On l’a compris, le but est de créer de toute pièce une nouvelle polémique ciblant le wokisme. Déjà en idéalisant la France d’avant. Car le film a connu une sortie mouvementée à cette époque : une femme psychologiquement fragile pensant qu’il s’agissait d’un film pro-israélien (le film est sorti en pleine guerre du Kippour qui oppose Israël et les pays arabes voisins) tente de détourner le vol Paris-Nice vers Le Caire. Ensuite en créant ce qu’on appelle des paniques morales, c’est-à-dire exagérer des évènements mineurs (le fameux mouvement woke qui s’abat actuellement sur la France) pour diaboliser ses adversaires politiques.
 
4.


5.

6.

7.

8.

 

Des films problématiques sortent toujours

“Les belles âmes auraient crié au racisme”. Encore une fois, le film se moque des clichés et ne contribue pas à les véhiculer. Contrairement à d’autres films bien d’aujourd’hui. Les internautes parlent ainsi de “Bac nord”, film qui parle d’un quotidien de policiers dans les cités et où les habitants sont montrés comme des “bêtes” (mot employé par un journaliste qui a assisté à la projection) ou “Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu”, la comédie qui cumule tous les clichés sur les communautés mais se termine par “on est tous un peu racistes dans le fond”. Ces films accusés d’être racistes sont tout de même sortie. La cancel culture, qui pourtant nous menace tous les jours (c’est Eric Ciotti qui le dit), a des progrès à faire.
 
9.


10.

 
C’est l’heure ! A partir de maintenant et pour toute la durée la lecture de cet article, vous avez une bonne nouvelle lue, deux bonnes nouvelles offertes. C’est le principe de l’happy hour quoi.
 

Commentaires 0

Rédigez votre commentaire

Looks good!
Looks good!
Looks good!
fermer