Ce qui est brutal, M. Macron

Macron ne souhaite pas « brutaliser les consciences » concernant le projet de loi bioéthique